Entrepreneuriat social et digital avec Fabrice Guene

Entrepreneur social et digital, Fabrice Guene est aussi communicateur de formation. Il nous livre dans ce partage d’expérience, son parcours et ses conseils pour faire un bon choix d’orientation. 

Le Grand Frère (LeGF) : Bonjour, peux-tu te présenter ? 

Fabrice Guene (FG) : Bonjour, je me nomme Fabrice Guene, je suis communicateur de formation mais aussi entrepreneur social et digital.

LeGF : Qu’est ce que la communication ?

FG : La communication est l’ensemble des actions et des outils élaborés en vue de travailler sur la notoriété d’un produit, d’un service ou d’une entreprise. Dans un langage courant, comme on le dirait, la communication, c’est faire de la publicité, rendre quelque chose connue, le montrer sous le meilleur angle possible dans le but de faire ressortir les aspects les plus positifs et de convaincre le public de se procurer ce produit ou service.

LeGF : Quelle est l’importance de la communication ?

FG : La communication est très importante de façon globale, car comme on l’apprend en faculté de communication, on ne peut pas ne pas communiquer. La communication est partout, et même sans dire mot, on communique. L’être humain étant un être d’interaction, nous avons besoin d’extérioriser ce que l’on ressent à l’intérieur et les autres ont aussi besoin de savoir ce que nous ressentons pour pouvoir interagir avec nous au mieux. On ne peut s’empêcher de communiquer parce que même le silence est une forme de communication qui véhicule un message. Sur le plan des produits, des services ou des entreprises, sans communication vous avez beau avoir une offre qui est très belle, très avantageuse, si vous n’êtes pas connu personne ne peut en profiter et si personne n’en profite votre offre devient caduque.

LeGF : Quels sont les débouchés en communication et journalisme ?

FG : Les débouchés en communication et journalisme sont nombreux parce que le monde de la communication est vaste. Vous avez la possibilité d’être journaliste. Le journaliste est celui qui va à la recherche et la collecte de l’information pour constituer le journal que l’on lit ou regarde à la télé. En termes de débouchés en journalisme, vous avez la possibilité d’être journaliste reporter d’image dans une rédaction pour récolter de l’information sur le terrain, faire de la vidéo, du montage et de la diffusion. Vous avez aussi la possibilité d’être présentateur. Concernant les débouchés en communication, vous avez la possibilité d’être un chargé de communication, social media manager ou encore community manager. Tous ces métiers naviguent donc au sein de la communication et du journalisme.

LeGF : Comment as tu fais ton choix de formation ?

FG : Je n’ai pas opté pour cette formation de mon propre gré. Mon père me contraignait un peu à choisir cette formation. Je voulais plutôt faire le droit parce que c’est ce qui m’a toujours passionné. Et pour la petite histoire, tous mes proches en famille m’ont déconseillé le droit, car c’est une filière dite saturée. Mais je suis quand même allée faire mon inscription en droit. Et quand je suis arrivé, le comptable m’a dit que je ne devrais pas faire le droit, mais plutôt la communication. À un moment donné, j’ai donc décidé de m’inscrire dans le privé pour faire la communication et en même temps dans le public pour faire le droit. En première année, je faisais la communication et le journalisme puis par la suite, j’ai eu un véritable coup de cœur pour la communication. J’ai appris à découvrir le métier de communicateur et à l’aimer. Étant donné que je suis quelqu’un qui est très attaché à la technologie, au numérique, j’ai trouvé le moyen de faire le lien entre la communication et le numérique. J’ai véritablement trouvé mon domaine à ce moment ce qui m’a amené à arrêter le droit pour me focaliser sur la communication.

LeGF : Qu’est ce que la Licence en communication et journalisme ?

FG : La Licence en communication et journalisme est un diplôme professionnel. Elle s’obtient après trois d’études et est valable pour exercer dans les deux domaines. Il faut noter que dans la plupart des écoles on commence par un tronc commun de deux ans avant de se spécialiser en troisième année. Ce double diplôme, si on peut le dire ainsi, est avantageux, car il permet d’avoir plus de compétences et d’avoir accès à plusieurs débouchés sur le marché de l’emploi. En somme, à partir de la Licence professionnelle, on peut commencer à exercer un métier de la communication ou du journalisme

 

LeGF : Quelle a été ton experience de formation dans le Privé ?

FG : J’ai fait ma Licence dans un établissement privé. C’est un cadre assez calme si on peut le dire par rapport au public. Nous n’étions que huit en classe, par la suite, nous étions quatorze, mais on a terminé la Licence avec douze personnes. C’était un environnement avec un effectif réduit d’étudiant, ce qui permettait aux enseignants de nous dispenser au mieux les cours et nous avions une bonne interaction avec eux. On pouvait les approcher facilement pour avoir des conseils ou leur demander de nous partager leurs expériences. En plus, dans le privé, vous avez la chance d’avoir des programmes stables sans retard académique. 

LeGF : Quelle a été ton experience de formation dans le public ? 

FG : Mon expérience de formation dans une école publique était un peu plus dure. Il y avait beaucoup de défis à relever parce que nous étions déjà nombreux. Dans le public, il faut se battre beaucoup plus que d’habitude pour pouvoir réussir à obtenir les cours et à les assimiler. En effet, dans le public, vous vous retrouvez dans une classe de 3 000 ou 4 000 personnes. Tout le monde n’a pas la possibilité de pouvoir s’approcher des professeurs afin d’avoir plus d’éclaircissements sur certains cours et il faut pouvoir se débrouiller tout seul. Rien que pour avoir accès à la salle de cours et avoir de la place, il faut se réveiller à 03 h ou 04 h du matin. C’est pénible, mais il y en a qui ont réussi, et même si c’est difficile, on peut y arriver. 

N’abandonnez jamais même si c’est très difficile, car plus tard, vous serez content d’avoir traversé tout cela et d’avoir réussi.

LeGF : Parle nous de tes études dans la ville de Ouagadougou 

FG : Mes études à Ouagadougou se sont bien déroulées et l’environnement citadin était favorable. Comme dit auparavant, je suis un passionné de la technologie et quand on parle de technologie, il faut que l’environnement s’y prête, qu’on puisse avoir accès facilement à Internet, qu’on puisse avoir la ressource documentaire nécessaire, qu’on puisse avoir de la collaboration avec d’autres étudiants dans d’autres écoles et Ouagadougou présentait tous ses avantages. Cette ville a donc énormément facilité mes études. 

LeGF : Quels sont tes conseils pour le choix d’une formation ? 

FG : Mon conseil aux plus jeunes qui recherchent encore leurs voies et qui veulent déterminer quelles études faire plus tard, c’est celui-ci : identifiez d’abord ce que vous aimez faire véritablement. Si vous avez des choses que vous aimez faire avec plaisir, ou des choses que vous faites sans avoir l’impression de travailler, renseignez-vous sur ces métiers et formations. Il serait bien aussi de s’exercer sur le terrain dans certains domaines pour voir justement quelles sont les missions auxquelles vous pourrez être confrontée dans l’exercice du futur métier afin de mieux choisir votre formation.

LeGF : Quels sont tes conseils pour le choix d’une école ? 

FG : Pour bien choisir son école, il faudrait s’assurer que l’école que vous voulez choisir est bien reconnue par l’Etat et que les diplômes délivrés par l’école sont reconnus par le CAMES. Ce serait bien également de pouvoir se renseigner avec des prédécesseurs, des alumni et aînés qui ont fréquenté l’établissement pour connaître leur retour d’expérience sur l’école et s’assurer de la bonne qualité des formations qui y sont dispensées.  

LeGF : Quel est ton mot de fin ?

FG : Pour finir, j’aimerais vous inviter à visiter la plateforme Le Grand Frère qui vous permettra d’avoir toutes les informations possibles afin de mieux vous orienter et de trouver votre voie grâce à des conseils et des partages d’expériences. Enfin, je vous encourage à étudier ardemment, à vous cultiver. Ne vous contentez pas seulement de ce qu’on vous donne à l’école, faites aussi de la recherche personnelle et je vous souhaite plein de succès.

Fabrice Guene et Josias Diendere

Partagez !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Découvrez aussi...

Institut Teng Tuuma Géosciences (ITTGEO)

Découvrez notre offre de formations