Connexion

De l’ingénierie en réseau et télécommunication à l’entrepreneuriat digital

Ingénieur en réseau et télécommunication de formation mais grand passionné du digital, c’est tout naturellement qu’il décide à la fin de ses études d’entreprendre dans ce domaine. Entrepreneur multi casquettes avec un fort engagement associatif, Charles Bazie partage son parcours académique et les voies qui l’ont conduites à son métier actuel.

Le Grand Frère (LeGF) : Bonjour, peux tu te présenter ?

Charles Bazie (CB) : Je suis Bazié Charle, ingénieur réseau et télécommunication de formation, entrepreneur digital et social, Chief Executive Officer du groupe EZO qui évolue dans la communication digitale, la technologie et la restauration. Je suis également président fondateur de Youth Open Data qui est une communauté de jeunes qui travaille sur tout ce qui est ouverture des données et bonne gouvernance.

LeGF : Parle nous de ton métier, qu’est ce qu’un entrepreneur digital ?

CB : Un entrepreneur digital c’est une personne dont le travail est de s’occuper de tout ce qui est volet numérique, communication digitale. La communication digitale c’est l’utilisation des canaux numériques tels que le web, les réseaux sociaux pour faire passer un message, véhiculer les valeurs d’une entreprise ou vendre des biens et services en mettant en place des stratégies adaptées aux internautes.

Mon quotidien consiste à gérer les pages d’entreprises, à faire des formations dans le domaine de la communication digitale et de la consultance pour les entreprises qui désirent accroître leur visibilité et soigner leur image sur Internet.

LeGF : Tu es avant tout ingénieur en réseau et télécommunication, dit nous qu’est ce que la télécommunication ?

CB : Lorsqu’on s’attarde sur la racine du mot “télécommunications” déjà, on entend d’abord “télé” qui signifie distance et ensuite communication. La télécommunication peut être définie comme étant l’ensemble des moyens mis en œuvre pour communiquer à distance. Elle permet de transmettre, d’émettre et de recevoir des informations à distance en utilisant les technologies électroniques, informatiques, l’optique, le fil, etc. Et on ne peut pas parler de télécommunications sans faire référence aux opérateurs de téléphonie mobile qui nous fournissent un accès au réseau mobile et internet. C’est dans ces structures que l’on retrouve en arrière-plan les acteurs qui travaillent et font en sorte que l’on puisse communiquer et échanger facilement toute sorte d’informations.

LeGF : Que peut on exercer comme métier après une formation en réseau et télécommunication ?

CB : Après la formation académique, vu que c’est un domaine qui est lié aux technologies numériques vous aurez à travailler dans les entreprises dans lesquelles vous serez en charge de tout ce qu’il y a comme infrastructures de télécommunication. Vous pouvez être responsable de monitoring par exemple et votre travail consistera à superviser le réseau. Vous pouvez également être au niveau du côté de l’installation des applications du management.

L’avantage avec cette filière c’est que ce n’est vraiment pas un domaine où vous êtes figés et obligés de rester dans une case. Vous avez une ouverture sur tout ce qui touche à la technologie, la cybersécurité. Vous pouvez comme je l’ai fait vous diriger vers le digital plutôt que vers l’aspect technique. Ce n’est vraiment pas un domaine fermé et plusieurs orientations vous sont accessibles en fonction de vos intérêts et de ce que vous aimez.

LeGF : Qu’est ce qui t’a poussé à entreprendre ?

CB : En tant que jeunes, la difficulté majeure que nous rencontrons tous à la fin de nos études c’est l’obtention d’un stage ne serait ce que pour apprendre, se perfectionner et acquérir de l’expérience. Bien avant que je termine ma formation d’ingénieur en réseau et télécommunication, j’avais cette envie de toucher réellement du doigt les télécoms et le numérique car je m’y intéresse beaucoup et c’est toujours d’actualité. Après les études et les stages classiques, j’ai décidé de me lancer dans ce qui m’intéressait le plus: le digital. Et pour arriver je me suis auto formé, j’ai obtenu des certifications et aujourd’hui j’entreprends dans ce domaine qui m’intéresse tant.

 

 

LeGF : Quels sont les différents diplômes universitaires que l’on obtient dans ce domaine de formation ?

CB : En réseau et télécommunication, vous pouvez obtenir un BTS, une Licence et un Master. Avec le BTS vous êtes qualifié de technicien supérieur et vous intervenez dans la partie opérationnelle.  Avec un niveau Licence, vous êtes dans le juste milieu entre le terrain, l’opérationnel et la coordination des actions du technicien supérieur. Avec le niveau Master enfin, vous atteignez le grade de manager et êtes responsable de la gestion des équipes.

LeGF : Quel est ton expérience des cours en ligne et quels sont les dispositions à prendre pour bien les suivre ?

CB : Au-delà des cours du jour, j’ai également fait des cours en ligne surtout dans la période où j’étais en quête d’expérience et de connaissance pour me perfectionner dans le digital. Il y’a de la ressource gratuite, mais certains de mes cours étaient payants. Et que ce soit en présentiel ou en ligne, il est important de savoir quels sont les objectifs que vous désirez atteindre. Les prérequis à avoir c’est de disposer premièrement d’une bonne connexion internet, la seconde chose c’est d’être et de rester concentré. Le plus des formations en ligne, c’est le fait de pouvoir travailler et étudier à son propre rythme. Il faut cependant s’armer de beaucoup de disciplines pour établir et suivre son programme de formation de sorte à être régulier.

LeGF : Parle-nous de tes études à Ouagadougou, quel est ton avis sur cette ville d’étude ?

CB : Ouagadougou est une ville où il y a énormément d’opportunités. Ce pendant, en fonction des objectifs que vous souhaitez atteindre, il faudra faire violence sur vous même pour rester focus. Quelque soit la ville où vous allez étudier, vous devez cultiver une certaine autodiscipline pour vous en sortir.

LeGF : Comment devenir ingénieur en réseaux et télécommunications ?

CB : Pour devenir ingénieur réseaux et télécommunications ou pour ceux qui aspirent à se former dans cette filière, il faut avoir de solides compétences dans les matières scientifiques, les mathématiques, les sciences physiques, la chimie et l’anglais. Ce sont les principales matières dont vous aurez besoin pour pouvoir affronter plus facilement vos études. Il faut donc consolider dès le lycée ou le collège vos connaissances dans les matières scientifiques et aussi choisir la bonne école.

LeGF : Justement, quel est ton conseil pour bien choisir son école ? 

CB : Il y a plusieurs critères à prendre en compte pour le choix d’une école. Il peut par exemple être fait par recommandation d’un tiers. Vous devez tenir compte des résultats que l’établissement a engrangé les années antérieures. En  plus, si vous avez la possibilité de vous déplacer au sein de l’école prendre des informations sur place, faites le. Rassurez vous que l’école propose des diplômes reconnus par l’Etat, le CAMES ou tout autres structures compétentes afin de ne pas finir le cycle pour vous rendre compte plus tard que votre diplôme n’est pas reconnu.

LeGF : Si tu avais un dernier message à adresser ce serait lequel ? 

CB : J’aimerais vraiment inviter mes jeunes frères et sœurs à choisir un domaine d’étude auquel ils s’intéressent vraiment. Si vous choisissez un métier que vous n’aimez pas, vous serez contraint d’y travailler toute votre vie et cela vous impactera forcément tout au long de cette dernière.

Ne vous limitez pas aux connaissances qu’on vous donne dans les salles de classe. Apprenez à être polyvalent, ne vous intéressez pas uniquement à votre filière de base. Portez un regard également aux autres filières, aux autres domaines de compétences. Nous sommes aujourd’hui dans un monde où la connaissance est accessible via internet et différentes plateformes n’hésitez pas à vous auto former et à acquérir des compétences.

Choisir un domaine qui nous tient à cœur, que nous aimons vraiment, c’est selon moi, la meilleure manière de réussir dans la vie.

Pour terminer, je remercie la plate-forme Le Grand Frère pour l’initiative car beaucoup de jeunes après le Baccalauréat dans la majorité des cas ne savent pas quoi étudier à l’université et se retrouvent coincés dans une formation qu’ils n’aiment pas. C’est donc une initiative à encourager et pour toutes les ressources sur comment s’orienter, les informations sur les établissements et les formations disponibles au Burkina Faso n’hésitez pas à les suivre, à liker, à commenter, à partager pour les soutenir.

Partagez !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Découvrez aussi...

  • Bonjour,
    Juste vous féliciter, pour le travail que vous faites pour nos étudiants, je suis parent d’étudiant vos conseils m’aide beaucoup soyez richement bénis

    • Bonjour M.BARRO,
      Merci pour ces mots qui nous conforte dans l’idée que nous sommes sur le bon chemin : permettre aux élèves, étudiants d’avoir accès à de la ressource sur l’orientation scolaire mais permettre aussi aux parents de pouvoir accompagner leurs enfants dans ce processus qu’est la construction du projet professionnelle. N’hesitez pas à partager la plateforme autour de vous.

  • C’est vraiment une bonne idée d’avoir créé cette plateforme car ça va beaucoup nous aider nous étudions et autres dans notre parcours.
    Merci Mr Charles

    • Bonjour M. Tahirou Mamane Idi
      Merci pour l’intérêt porté à Le Grand Frère. Nous sommes ravis que la plateforme vous soit utiles.
      Nous vous souhaitons une carrière professionnelle pleines d’opportunités.
      Cordialement

  • Découvrez notre offre de formations