Connexion

De la médecine au cinéma : rencontre avec Ingrid Sanon, actrice comédienne

Actrice comédienne passionnée de cinéma, Ingrid Sanon est aussi étudiante en médecine. Elle nous fait découvrir le monde du cinéma, les métiers et débouchés de l’industrie cinématographique et ses conseils pour devenir acteur ou se former et évoluer dans ce domaine.

Le Grand Frère (LeGF) : Bonjour, peux-tu te présenter ?

Ingrid Sanon (IS) : Bonjour, je suis Ingrid Sanon, actrice comédienne et étudiante en médecine.

LeGF : Qu’est ce que le cinéma ?

IS : Le Cinéma peut être défini comme étant un art du spectacle ou encore un art permettant de réaliser, produire et diffuser à l’écran des représentations animées, sonorisées ou non sous forme de films. Il est aussi appelé le septième art et permet de relater des faits, d’enseigner, au travers de films, de séries.

LeGF : Quel est l’importance du cinéma pour la société ?

IS : De la joie, de la peine, de la mélancolie, de la nostalgie, le cinéma nous permet de vivre des sensations différentes. Il permet de se divertir et de s’évader un temps soit peu du monde réel, pour plonger souvent dans des fictions tout droit sorties de l’imaginaire mais aussi dans des biographies adaptées. Le cinéma c’est aussi de la pédagogie.

J’ai eu la chance de jouer dans une série à sensibilisation  l’Union Européenne “Entre nos murs” et on y a abordé des sujets sur l’excision, le mariages forcé et bien qu’étant actrice j’ai appris des choses que je ne connaissait pas.

Grâce aux différents sujets et thèmes abordés, il permet d’éduquer l’opinion publique, de sensibiliser, de faire passer certains messages aux yeux du monde, de faire connaître les cultures. C’est un moyen d’expression et d’éveil collectif de conscience.

LeGF : En tant qu’actrice, quelles aptitudes faut-il pour évoluer dans le cinéma selon toi ?

IS : Contrairement à l’opinion commune, le cinéma, ce n’est pas un domaine facile et être actrice ou acteur c’est bien au-delà des moments tapis rouge, des strass et des paillettes visibles à l’écran. C’est un domaine imprévisible. Il faut s’attendre à toutes les péripéties techniques, les péripéties liées au temps, la fatigue et tous les imprévus qui peuvent se retrouver sur les plateaux de tournage et entraver ou retarder les différentes réalisations.

Plusieurs fois, j’ai invité des amis qui souhaitaient faire du cinéma sur des plateaux de tournage et le gage c’était de découvrir en une journée comment ça se passe. Après ces journées, finalement ils sont revenus sur leur envie de faire du cinema parce qu’il n’ont pas pu tenir le rythme.

Pour pouvoir évoluer et tenir le rythme donc dans ce milieu, il vous faudra de l’endurance, de la patience et de la passion surtout car c’est le moteur qui vous poussera à tenir bon quand ce sera difficile.

LeGF : Quels sont les débouchés du domaine cinématographique ?

IS : Le cinéma ce n’est pas que l’actorat, la réalisation, la production, les longs métrages et les séries. Il y a aussi les documentaires, la prise de son, le montage et tout ce qui est technique audiovisuelle et multimédia. C’est à la fois un média et toute une industrie dans laquelle on peut retrouver non seulement les métiers d’acteurs mais aussi de réalisateur, producteur, d’ingénieur du son et de technicien audiovisuel. Il ne faut pas oublier que derrière les acteurs que l’on voit à l’écran, il y a toute une équipe derrière qui fait vivre toute l’industrie. On retrouve également les métiers liés à la gestion, au management d’acteur ou de maison de production, les métiers liés à la communication, au marketing parce qu’il faut certe produire des films mais il faut aussi les promouvoir et permettre à tous les intervenants de ce secteur de pouvoir vivre de leurs œuvres.

 

LeGF : Pourquoi cet intérêt prononcé pour le cinéma et quand est-il de ta formation en médecine ?

IS : J’ai choisi le cinéma parce que j’ai toujours aimé l’art et depuis le lycée j’étais impliquée dans les activités culturelles, la danse, le théatre. Je trouvais une certaine joie à sortir de ma peau, à rencontrer d’autres personnes, à incarner des rôles. J’ai trouvé dans le cinéma un certain épanouissement, un bonheur inexplicable.

Pour ce qui est de mes études en médecine, je compte les terminer, avoir mon diplôme en médecine et pratiquer. Mes études en médecine restent donc toujours une priorité. Cependant, le cinéma reste mon premier amour. D’ailleurs, j’ai en projet de me former en réalisation pour devenir réalisatrice. Mais quitte à choisir, si l’appel du septième art est plus fort que celui de la médecine, je m’orienterais vers le cinéma c’est sûre.

LeGF : Comment se former pour évoluer dans le monde du cinéma ?

IS : Que ce soit en prise de vue, en art dramatique, en jeu d’acteur, en diction, en écriture scénaristique, on peut se former aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel. Mais comme je ne cesse de le dire, il faut avant tout avoir de la passion. Ce n’est que comme ça qu’on aura la patience d’apprendre. C’est important de se former continuellement dans le domaine du cinéma. Pour ce faire, il y a des groupes de formation, des maisons de productions qui forment en jeu d’acteur, en cascades, en diction. Lors du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou par exemple, il y a des ateliers, des discussions organisées autour du cinéma ouvertes au public et c’est l’occasion de s’approcher des acteurs du monde cinématographique. Il ne faut donc pas hésiter à participer à de telles rencontres pour non seulement en savoir plus sur l’univers du cinéma mais aussi réseauter et vous faire des contacts.

LeGF : De par ton expérience, quel serait ton conseil pour choisir sa formation ?

IS : Il est important de s’écouter soi-même avant tout. Ne faites pas les choses en fonction des autres. Trouver un domaine pour lequel vous avez de l’ intérêt et que vous aimez. Ensuite, allez à la recherche de l’information. Vérifiez que vous avez les aptitudes, l’endurance nécessaire pour pouvoir faire telles ou telles études, posez des questions, écoutez les conseils que l’on vous donnera, priez pour que Dieu vous ouvre les portes qui vous sont destinées et faites votre choix sans vous laisser pour autant influencer par les avis des uns et des autres.

LeGF : Quel serait ton mot de fin ?

IS :  Personnellement, j’aurais aimé avoir connaissance d’une plateforme comme Le Grand Frère pour m’aider à mieux guider mon choix de formation. Aujourd’hui on a la chance de pouvoir par nos différents témoignages partager nos différents parcours pour inspirer de meilleurs choix d’orientation auprès des plus jeunes que nous. N’hésitez donc pas à aller découvrir Le Grand Frère, pour vous informer, sur comment vous orienter et trouver votre voix grâce aux partages d’expériences de grands frères et grandes sœurs.

Partagez !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Découvrez aussi...

    • Bonjour M. Merci pour l’intérêt porté à Le Grand Frère. Nous vous recommandons de nous écrire sur WhatsApp pour une mise en relation avec la Grande sœur
      +226 76 35 06 35
      Bien à vous.

  • Découvrez notre offre de formations